Conférence Fédérale du PCF
Ardennes
6 décembre 2008

Voeu adopté à l'unanimité

Les ravages de la mondialisation, l'aggravation brutale de la crise financière, économique et sociale, au cours des derniers mois, traduisent une crise majeure du capitalisme. L’accélération de cette politique de casse renforce, dans notre pays, l’idée communiste pour la société et la raison d’exister de notre parti, indispensable au changement.

-C'est la vie quotidienne de nos concitoyennes et concitoyens qui va être dégradée si les luttes ne se développent pas et les communistes ont une responsabilité de premier plan pour favoriser ces luttes en rassemblant et en leur donnant une perspective politique.

-Durcissement du capitalisme ou dépassement de celui-ci vers une société d'émancipation humaine, plus que jamais cette question se pose. Nous faisons le choix du dépassement du capitalisme, le choix de l'homme, le choix du communisme. Notre parti, en tant que force organisée, est capable de porter ce projet moderne en proposant de le construire au quotidien sans pour autant exclure la possibilité que surviennent des contextes sociaux permettant des transformations rapidement révolutionnaires.

Les communistes ardennais émettent le souhait que le texte de base commune soit très largement enrichi au cours du congrès afin que ses ambiguïtés soient levées et que les communistes sortent de leur congrès avec un mandat clair. « Poursuivre et moderniser le PCF, pour une transformation communiste de la société, utile aux gens ».

La crise économique et financière souligne en effet la nécessité d’un parti qui se fixe comme objectif de rompre avec le système capitaliste. Le PCF doit retrouver sa fonction tribunitienne, appeler à repenser la révolution, aider à conquérir des pouvoirs économiques, financiers et médiatiques nouveaux, face aux dogmes de la pensée libérale unique qui prétend que le capitalisme est la « fin de l’Histoire ». Le développement de la lutte idéologique nécessite de rénover la formation des militants.

Le Parti Communiste doit rassembler pour développer les luttes quotidiennes avec comme objectif d'améliorer la vie : augmentation du pouvoir d'achat, promotion de services publics démocratisés, droit à l’emploi, au logement, à l’éducation, à la santé, aux libertés publiques, ...

Le Parti Communiste doit présenter un projet de société innovant, celui du communisme du XXIème siècle, où la logique de la loi du marché et du fric, mettant en concurrence les hommes entre eux, sera remplacée par une intelligence collective à la recherche des moyens de la satisfaction des besoins de tous. Ceci nécessite un essor sans précédent de la démocratie, avec un pluralisme de l’information et la participation active à la vie publique de tous les citoyens et cela à tous les échelons, Il s’agit de gérer une société où la fin de l'appropriation privée des biens communs de l'humanité et des moyens de production essentiels permettra une économie au service de tous, dans le respect des différences, et de l'avenir de notre planète.


Le PCF doit être porteur d’un projet de société remettant en cause les fondements du système capitaliste, et agir pour favoriser un rassemblement populaire le plus large possible. L'analyse des expériences récentes, qu'il s'agisse de celle de la gauche plurielle, des collectifs antilibéraux ou ceux pour une candidature unique doit être faite. Nous constatons que l'effacement du PCF dans une alliance de sommet, qu'elle soit avec le PS ou les mouvances de la gauche de la gauche, ne permet pas le développement nécessaire des luttes et la construction d’une véritable perspective politique.

Le front en cours de construction pour les élections européennes de 2009 est une bonne formule. Cependant, l'appel à son élargissement et une véritable campagne autonome du parti communiste sont les conditions pour gagner de nombreux députés européens, dont plusieurs députés communistes, porteurs d’un réel projet de transformations profondes de la construction européenne.


Les conditions d’une nouvelle participation gouvernementale du PCF devront reposer sur des engagements concrets et crédibles de nos partenaires, réellement ancrés à gauche et non marqués par le social libéralisme, construits en lien avec la mobilisation populaire. Sa poursuite reposera sur l’intervention citoyenne et devra faire l’objet d’une évaluation constante de la part des militants communistes par rapport aux objectifs visés.

Le fonctionnement du parti communiste doit être amélioré, notamment l’élection des dirigeants qui se fait actuellement sur des listes bloquées, pour développer la souveraineté des adhérents et faciliter les initiatives de tous, dans le respect des décisions collectivement adoptées. Le PCF possède les ressources pour se rénover et redevenir une force politique influente et motrice à gauche, à condition d'avoir un projet lisible, contestataire et révolutionnaire, de tenir compte de la modification des mentalités, du renouvellement des formes de militantisme, de l’évolution sociologique de la société, du contexte médiatique et d'avoir une direction à l'écoute des militants. Il y a urgence à retravailler les statuts du PCF en cherchant à rendre concret la nécessaire évolution de la démocratie interne, afin de donner du contenu aux droits nouveaux des adhérents.

Retour au blog de Michèle Leflon