Nouzonville le 9 novembre 2006

Une ville assiégée pour 320 salariés qui veulent qu'on leur rende leur dignité.