DECLARATION DU COLLECTIF NATIONAL ELARGI


La réunion du Collectif national, élargi aux représentants des collectifs
dans la commission de synthèse, propose d¹adresser le rapport de cette
commission aux collectifs, aux organisations et sensibilités politiques.

Elle leur demande leurs avis et propositions pour dépasser le blocage actuel
et aboutir à un consensus.

Le collectif national est mandaté pour organiser cet échange qui doit avoir
lieu dans un délai raisonnable et suffisamment court. Les modalités de cet
échange et la façon dont il sera tranché nationalement seront discutées lors
de la réunion du prochain collectif national.

Le 10 décembre 2006 à 13H00


COMPTE-RENDU DE LA COMMISSION DE SYHTHESE DES DEBATS

A l’image de ce qui est apparu dans les collectifs et qui s’est exprimé hier en séance, la commission de synthèse a acté sa volonté unanime de poursuivre le débat et de continuer à construire le consensus.

Il y a eu confirmation et développement des principes énoncés dès la première réunion du 10 septembre :

- D’abord la nécessité d’une candidature construite collectivement : dans ce sens, les architectures de campagne proposées aussi bien par Marie-Georges BUFFET dans sa lettre adressée aux collectifs, que par Christian PICQUET convergent :
. un nom choisi dans un collectif de candidats qui comprendra les actuels candidats à la candidature ainsi que les principaux représentants des diverses sensibilités,
. un collectif de porte-parole,
. un conseil de campagne pluraliste prenant appui sur les collectifs locaux et intégrant des animateurs de ceux-ci ainsi que des acteurs du mouvement social.

- De même, a été réaffirmé le caractère indissociable des présidentielles et législatives, avec des candidatures qui reflètent la richesse du rassemblement. Les différentes forces politiques présentes ont souhaité rappeler que le rôle principal tenu par le PCF dans cette démarche devait se refléter dans les candidatures aux législatives, notamment par la mobilisation de tous pour la réélection des députés communistes sortants.

Dans cette architecture, la question du nom n’a pas pu être réglée.

On connaît les trois noms soumis aux débats des collectifs locaux : Clémentine AUTAIN, Marie-george BUFFET, Yves SALESSE.
Afin de débloquer la situation, a été avancée par certains l’hypothèse d’une candidature “ trait d’union ” qui pourrait faire le consensus de tous.
Dans ce cadre, d’autres noms ont été avancés dans la commission de synthèse :
. René REVOL, vice-président de PRS, constatant “ la paralysie qui menacerait notre démarchez ” a proposé la candidature de Jean-Luc MELANCHON.
. Plusieurs intervenants ont évoqué la possibilité de la candidature de Claude DEBONS.

. La majorité des sensibilités présentes a aussi énoncé le principe que le candidat-e puisse être UN-E MILITANT-E COMMUNISTE identifié avant tout pour sa place dans le mouvement social.