Journée d'échange et de réflexion entre Pôle emploi et le Conseil Régional
Intervention de Michèle Leflon
Monsieur le Directeur régional de Pôle emploi, Mesdames et Messieurs,
Bonjour à tous,
Je voudrais vous remercier pour votre participation à cette journée de travail : faciliter l'accès à la formation des demandeurs d'emploi est plus que jamais nécessaire ; c'est sans doute aussi le moment. Beaucoup, sans qualification ont vécu depuis des années de successions de CDD et missions d'interim, sans trop réfléchir sur un vrai projet professionnel,  et là, maintenant ils se retrouvent sans rien. Profitons des difficultés du moment pour les aider à aller vers une qualification.
Il nous faut travailler à l'articulation des dispositifs de Pôle Emploi et du Conseil Régional. Tout à l'heure sera signé un protocole opérationnel entre nos deux institutions Ce protocole dresse un cadre de travail et devra être décliné en conventions spécifiques.
Je n'ai pas l'intention de vous faire de la langue de bois : le Conseil Régional est extrêmement inquiet de la capacité de réponse de Pôle emploi à ses missions. D'ailleurs nous avons voté un vœu lors de notre dernière session du 22 juin dernier pour demander à l'Etat d'assurer à Pôle Emploi les moyens d'assurer pleinement ses missions et de pouvoir accueillir dignement et prendre en charge les demandeurs d'emploi, sans recourir à des sous traitances facteur d'inégalités de traitement.
Entre fusion ANPE-ASSEDIC faite dans la précipitation et crise économique avec explosion du chômage, je sais que les conseillers de Pôle emploi ont une mission difficile à remplir, qu'ils assument avec beaucoup de compétences et je veux vous assurer de la compréhension et du soutien du conseil régional. J'entends déjà la critique : le nombre de demandeurs d'emploi n'a pas explosé en région, certes car la réalité est masquée par un certain nombre de dispositifs et je pense tout particulièrement au contrat de transition professionnelle dans les Ardennes, mais le nombre d'offres d'emploi a considérablement baissé et cela complique tout !
Je ne vais pas vous détailler le protocole opérationnel : JM Vermorel le fera tout à l'heure.
Juste un mot sur le projet de convention « sécurisation des parcours professionnels » L'intitulé est sans doute un peu pompeux pour le contenu qu'il va avoir, mais c'est un début ! Un début et en fait la suite de la convention entre le conseil régional et les ASSEDIC : la VAE, la création reprise d'entreprise en particulier. J'en parle, car nous allons parler de formation tout au long de la journée, mais il ne faut jamais oublier aussi ces possibilités, face à un demandeur d'emploi !
Venons en à la formation.
Un mot sur l'indemnisation des frais de déplacements et d’hébergement. Le protocole opérationnel annonce que la convention spécifique « formation des demandeurs d'emploi » prévoira l'harmonisation de ces indemnisations. L'autre jour, lors de la commission formation professionnelle du conseil régional qui a précédé la séance plénière du 22 juin, j'ai dit que cette harmonisation ne pourrait se faire que par le haut. Personne n'a contesté !
Régler ces question là est en effet indispensable pour la tranquilité des stagiaires !
J'en arrive au cœur de notre journée : quelles formations, qui les finance, quel accompagnement pour les demandeurs d'emploi
Il y avait des habitudes : les formations financées par les ASSEDIC pour les publics indemnisés, plutôt sur les métiers dits en tension, les formations financées par le conseil régional, plutôt à destination des publics non indemnisés.
La création de Pôle Emploi impose de rebattre les cartes avec en particulier l'annonce que l'accès aux prestations financées par Pôle Emploi ne sera plus lié au statut en rapport avec l'indemnisation chômage.  Les régions n'ont pas été consultées sur ce sujet. Nous ferons avec, comme nous avions déjà l'habitude de tenir compte des achats de formation des ASSEDIC pour être complémentaire !
Le lancement des contrats d'accompagnement formation pour les jeunes fait un peu déborder le vase ! L'achat de places de formations organisé en urgence - d'après la circulaire, des places doivent être ouvertes dès septembre – alors que le conseil régional vient de voter son PRF 2009 2010 élaboré en concertation avec les missions locales et PAIO, l'ANPE et les ASSEDIC à l'automne dernier m'interroge. Il est vrai que je n'ai jamais l'habitude de pleurer quand de l'argent vient de Paris en région. Encore faut il que ce ne soit pas un gâchis, car même si cela vient de Paris, c'est l'argent de nos impôts et la succession des dispositifs annoncés à grand renfort de publicité, je pense en particulier, tout récemment aux contrats d'autonomie, nous a quelque peu échaudé ! La présence de représentants des missions locales aujourd'hui nous aidera à mieux envisager la coordination entre tous les dispositifs et je les remercie de leur participation à cette journée et tout particulièrement la présidente de l'association régionale des missions locales.
On sait aussi que des fonds en provenance de la collecte pour la formation professionnelle en entreprise pourront être utilisés pour la formation des demandeurs d'emplois. Sur ce point, j'ai fort tendance a être pragmatique et à dire, attendons que la loi soit votée pour voir comment on coordonne tout cela. Fondamentalement il paraît bon, pour construire une véritable sécurisation des parcours professionnels que la formation des demandeurs d'emploi soit financée par les entreprises, mais en fait cela devrait passer selon le projet de loi par un grand fond national sans lien direct entre l'entreprise qui finance et les personnes formées. Il n'y aura donc aucune incitation à des emplois de bonne qualité, à des formations préparant aux évolutions professionnelles indispensables et  ... aucune incitation pour l'entreprise à ne pas licencier à tour de bras tout en ayant recours à l'intérim ! Il ne s'agit pas d'une véritable sécurisation des parcours professionnnels mais de flexisécurité, bref de la récupération patronale d'une bonne idée pour la mettre au service de ses intérêts et en plus cela est de nature à permettre à l'etat de réduire ses dépenses vis à vis des chômeurs !
Oui, la situation est difficile et la politique nationale de gribouille en matière d'emploi actuellement n'aide pas !
Mais je sais savoir compter sur la participation de tous en Champagne Ardenne pour que nous dépassions ces difficultés, car l'enjeu c'est bien que chaque demandeur d'emploi puisse trouver les formations auxquels il aspire pour se qualifier et trouver un emploi durable de bonne qualité.
Car si nous voulons promouvoir la formation pour les demandeurs d'emploi, pas question de faire des stages bidons, des stages parkings, et pas question de se limiter aux métiers dits en tension, Il nous faut de l'ambition pour notre région, préparer aux métiers de demain. On peut s'appuyer pour cela sur les contrats d'objectifs construits ou en cours de construction avec les principales branches professionnelles et sur lesquels nous faisons le point tous les ans.
Le but de la journée d'aujourd'hui, c'est bien de travailler à mieux définir les besoins de formation dans notre région, à mieux travailler sur l'articulation des dispositifs car il ne peut s'agir d'une concurrence stérile au niveau des dispositifs, comme nous l'avons déjà vu lors de la mise en place des PAVA et si j'ai un rêve à formuler aujourd'hui, c'est que nous parvenions rapidement à ne plus entendre des demandeurs d'emploi dire : je voudrais me former, mais on ne m'a rien proposé ou j'aurais voulu faire telle formation, mais il n'y a pas ou plus de financement !
La convention d'application devra aussi renforcer le niveau d'information des prescripteurs et le  suivi des stagiaires pendant la formation pour favoriser de véritables parcours de formation.
Bien évidemment, le conseil régional organisera à l'automne comme les autres années des réunions de bassin pour travailler à l'élaboration de son PRF car cette démarche avec les acteur locaux est un gage de réussite.
Nous travaillons également à une transformation importante des modes de gestion de l'offre de formation du conseil régional. Lors de la session plénière du 22 juin, la même où a été voté le protocole opérationnel avec Pôle emploi, a été créé le Réseau Public régional de formation professionnelle. La construction en sera progressive pour associer l'ensemble des organismes de formation répondant à des critères de gestion d'utilité sociale et améliorer la qualité des formations au service des demandeurs d'emploi et des salariés en transition professionnelle, dans le respect des prérogatives des partenaires sociaux.

Améliorer la qualité de la formation :
- c'est se donner les moyens d'autres modes de relation avec les organismes de formation que l'achat de 50, 100 ou 800 heures de formation ;
- c'est engager la coopération entre les organismes de formation, la coconstruction de véritables parcours ;
- c'est garantir la pérennité des organismes de formation, leur permettant de développer ingénierie, formation de formateurs, toute chose indispensable à la qualité ;
- c'est lier formation et orientation et associer à la formation tout l'accompagnement qui permet d'en faire des parcours de réussite ;
c'est donner aux organismes de formation les moyens de répondre aux obligations de service public comme la réponse aux besoins de l'ensemble des territoires de notre région et de leurs habitants.
Créer un réseau public régional de formation professionnelle, c'est se donner les moyens aussi de développer les coopérations avec les régions voisines.
Cette création se veut efficace, sans langue de bois. Ce n'est pas un service public : la législation française et européenne ne nous le permet pas, sauf à faire une coquille vide, Car, quel qu'espoir que l'on ait pu avoir d'avancées juridiques, le traité européen affirme la nécessité d'une concurrence libre et non faussée et cela concerne aussi la formation.
C'est donc sous la forme de service économique d'intérêt général qu'est créé ce réseau régional public de formation professionnelle.
C'est dans la transparence et la concertation que seront construites progressivement les propositions  pour mettre en œuvre ce réseau public régional de formation professionnelle, une mise en œuvre évolutive au cours du temps pour mieux prendre en compte la globalité de l'acte de formation.
Former cela suppose aussi d'orienter : riches des enseignements des concertations pendant l'élaboration du schéma régional de la formation, des deux premières conférences de l'orientation en région, de l'expérience des premiers espaces métiers le conseil régional travaille actuellement à leur développement dans l'ensemble des territoires de la région, en lien étroit avec Pôle emploi et ces questions d'orientation seront l'objet d'une troisième convention d'application. Avec l'aide de Pôle emploi nous souhaitons, non pas créé un truc en plus, mais bien fédérer l'ensemble des dispositifs d'orientation en région pour faciliter une orientation tout au long de la vie, avec l'espoir, très concrètement que cela serve au demandeurs d'emploi et soit un soutien pour les conseillers de Pôle emploi (et si j'étais devant un autre public, je dirai car c'est aussi cela le but, un soutien au CIO et aux établissements scolaires dans le strict respect de leurs prérogatives).
Je concluerai en disant que le conseil économique a demandé un suivi régulier de ces conventions. Il me paraît de fait indispensable  et ceci devra être prévu dans les conventions.
Bonne journée et merci de votre participation.
Retour au blog de Michèle Leflon