Service Public de l'Orientation : la faillite du gouvernement


L'Etat met en concurrence les structures d'orientation, là où il devrait les coordonner et fait payer par les autres, tout en passant sous silence le service d'orientation de l'Education Nationale. Est ce pour le laisser mourir d'inanition ?
Voilà, très rapidement résumée, mon analyse du décret d'application de la loi de novembre 2009 sur l'orientation et la formation professionnelle portant création du label national pour la mise en œuvre du Service public de l’orientation tout au long de la vie, qui doit être présenté au Conseil National de la Formation Professionnelle Tout au Long de la Vie mercredi 8 décembre.
Si la loi annonçait quelques principes louables  comme le fait que « Toute personne dispose du droit à être informée, conseillée et accompagnée en matière d'orientation professionnelle, au titre du droit à l'éducation garanti à chacun par l'article L. 111-1 du code de l'éducation. », sa vacuité concrète avait déjà été dénoncée, puisque les seules mesures annoncées étaient la création d'un service dématérialisé (que l'Humain est loin de cela !) et la labellisation de structure existantes.
Nous voici donc à l'étape de labellisation. Si l'analyse de la nécessité d'un lieu unique d'accueil de tous les publics et la notion de territorialisation  répondent aux besoins, le processus même conduit à l'exclusion des services d'orientation s'adressant à un public spécifique, qu'il s'agisse du service d'orientation de l'Education Nationale (même s'il est ouvert à d'autres publics, sa vocation est bien de s'adresser aux jeunes en formation initiale), qu'il s'agisse des conseillers du service d'orientation de l'AFPA, transférés à Pôle Emploi depuis avril dernier, ou qu'il s'agisse des services mis en place à destination des salariés par des OPACIF comme le FONGECIF pour ne prendre en exemple que trois types de publics complètement différents.
Alors qu'il s'agit bien de mettre en réseau, sans les opposer, tous ces services et non de labelliser l'un seulement en l'incitant à aller sur le terrain de l'autre pour devenir « tout public »
Qui paie ? Rien ne l'indique et il s'agit bien là d'une faillite d'un gouvernement qui prétend mettre en place un service public de l'orientation tout au long de la vie sans répondre à cette question ! Sans d'ailleurs non plus que le statut public des personnels ne soit affirmé ! Sans même garantir le caractère public des structures labellisées ! L'implication des conseils régionaux dans le domaine de l'orientation est reconnue, car même si cette compétence ne leur a pas été transférée en plénitude, des actions dans ce domaine sont nécessaires, en lien avec leur compétence sur la formation professionnelle. N'y a-t-il pas là source de transferts déguisés, non compensés financièrement ?
Enfin, si la nécessité d'un service public de l'orientation tout au long de la vie s'impose, le silence fait autour du service d'orientation de l'Education Nationale est dramatiquement inquiétant. D'autant plus dramatiquement inquiétant que le ministre de l'Education Nationale serait cosignataire de ce décret. La spécificité de l'orientation à l'école doit être reconnue, éducation au choix, avant d'être choix d'un métier,  processus murissant tout au long de la scolarité et nécessitant donc un accompagnement dans la durée. Les CIO auraient ils donc uniquement le choix entre accroître leur accueil des publics « adultes », être labellisés, mais ne plus avoir le temps nécessaire pour la prise en charge des scolaires ou perdre leurs moyens de fonctionnement ? Alors que déjà le nombre des conseillers est trop réduit. J'apporte mon soutien à l'intersyndicale regroupant le Snes-FSU, Sud-Éducation, CGT-Éduc'action, le SNFOLC, le Sgen-CFDT et le SE-Unsa qui appelle à une journée de mobilisation des personnels d'orientation mercredi 8 décembre. Décréter sur un service public de l'orientation tout au long de la vie sans un mot pour l'Education Nationale est un non sens. Malheureusement, cela va dans le sens des terribles transformations idéologiques imposées à l'école : préparer à un emploi au service du capital et non préparer à la vie, éduquer, apprendre à travailler dans une visée émancipatrice.
Pourtant, pour autant que l'on prenne le temps du débat démocratique, de l'élaboration partenariale, il est possible de jeter les bases d'un service public de l'orientation tout au long de la vie donnant le premier niveau d'information réclamé par les citoyens et ne se substituant pas aux autres services d'orientation en leur laissant leur rôle spécifique, mais jouant le rôle de coordination territoriale nécessaire. C'est le sens de la mise en place progressive des Espaces Métiers en Champagne Ardenne, après un avis du Conseil Economique et Social Régional qui date de 2004 !
Espaces métiers coordonnés au sein de l'ARIFOR, où la présence des différents institutionnels, mais aussi des partenaires sociaux, garantit le respect des rôles de chacun.
Espaces métiers organisant des animations sur les métiers, constituant des outils pour l'Education Nationale, mais aussi pour Pôle Emploi ou les missions locales en permettant des rencontres avec des professionnels.
Espaces métiers offrant des outils de sécurisation des parcours professionnels (j'ai dit sécurisation, pas sécurité professionnelle ! Il faudrait bien plus que ces outils et tout particulièrement une implication patronale !) comme l'information conseil sur la validation des acquis de l'expérience, et je l'espère bientôt des conseils en évolution professionnelle.
Six ans déjà, c'est effectivement plus long que le temps de promulguer un décret , mais c'est aussi la garantie d'une construction durable car répondant aux besoins du fait d'une élaboration démocratique, faisant pas à pas le point sur les expériences menées avec chaque année, une conférence régionale de l'orientation permettant à chaque acteur de l'orientation de mieux s'articuler avec les autres, dans le respect de chacun.

Mais il faut garder, il faut développer un service public d'orientation à l'Education Nationale : c'est un impératif pour des choix éclairés de nos jeunes !
Quelques liens


Avis du CESR de Champagne Ardenne sur l'orientation


Les Espaces Métiers
de Champagne Ardenne



Le communiqué de presse de l'intersyndicale Orientation

C'est cette conception que je développerai dans l'élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles en exigeant tout à la fois des garanties du gouvernement sur la reconnaissance de nos Espaces Métiers qui répondent aux principes du cahier des charges de ce service public de l'orientation tout au long de la vie, tout en en étant beaucoup plus riches, car là non pour y être exclusifs, mais bien en soutien aux autres services d'orientation, et des garanties du gouvernement de moyens pour le fonctionnement des CIO en région et pour la présence de nombreux CO-Psy dans les établissements scolaires. Retour au blog de Michèle Leflon