Lundi 9 mars 2009
Conférence de presse pour le
projet de réouverture du tronçon
Givet/Dinant de la ligne Namur/Reims
Hôtel de Ville de Dinant
Intervention de Sylvain DALLA ROSA,
Maire-Adjoint de Charleville-Mézières
C'est avec plaisir que j'apporte mon soutien à votre action pour la réouverture du tronçon ferroviaire Givet/Dinant. Pour la communauté d'agglomération de Charleville-Mézières, qui a pour objectif de rayonner régionalement et de faire grandir les relations internationales, pouvoir être reliée directement à la Belgique est primordial. On vient de parler d’aménagement du territoire et de développement économique, incontestablement dans ces domaines cette ligne est un atout indéniable. Surtout  en cette période de crise profonde et pour des régions qui souffrent terriblement sur les questions de l’emploi ou socialement. D’ores et déjà, la liaison entre Charleville et Givet est une des plus fréquentée de Champagne Ardenne et nous voulons qu’elle soit encore plus valorisée et développée. Sont potentiel est déjà important, actuellement, pour ne prendre que le trafic voyageur, ce sont plus de 35 TER qui circulent chaque jour entre Charleville et Givet avec une fréquence soutenue qui est inférieure à la demi-heure, en heure de pointe. D'ailleurs conscient de cette réalité, Réseau Ferré de France mène sur 3 ans un grand programme de renouvellement et de modernisation des infrastructures. La première tranche de ces travaux a commencé en 2008 et doit atteindre au total un investissement de près de 30 millions d'euros. Les résultats attendus sont un meilleur confort pour les voyageurs et  des gains de vitesse sur une partie de la ligne. Ces travaux permettront surtout de pérenniser cette ligne et d'améliorer ses performances, ce qui est important pour la ligne Namur/Reims. Beaucoup d'usagers vous diront que ces travaux ne sont pas du luxe. Dernièrement une étude Suisse montrait toute la vétusté de l’ensemble des voies ferroviaires au plan national, c’est particulièrement vrai sur cette partie.

Je disais à l'instant qu'il s'agit d'une ligne des plus fréquentée de Champagne Ardenne. Les chiffres sont d'ailleurs révélateurs puisque nous enregistrons près de   900 000 voyages par an. Pour sa part, le Conseil Régional apporte sa pierre à cette modernisation en investissant dans du matériel roulant moderne que sont les AGC.

Alors oui, un prolongement jusqu'à Dinant, qui permettrait une continuité entre Reims et Namur, serait un élément supplémentaire d'attractivité. Au moment où tous les discours officiels mettent en valeur les qualités environnementales du transport ferroviaire, qu'il soit voyageurs ou fret, personne ne comprendrait qu'il y ait des tergiversations autour du prolongement de cette ligne. Certes, il convient de trouver le financement et le bouclage financier de ce projet doit être étudié. Du côté français, il est indispensable que ces travaux soient inscrits au schéma national des transports ferroviaires. En annonçant une prise en charge financière de 50% du financement des travaux par l’Etat, le gouvernement français a fait un geste important, mais le projet de loi actuellement débattu au Parlement et portant sur l'organisation et la régulation du transport ferroviaire doit s'en faire l'écho. C'est le rôle des parlementaires d'y veiller. Cela, à mon sens, permettrait de conforter la notion de service public de cette ligne et serait de nature à combattre la libéralisation du rail qui se profile à l’échelle européenne.

Ces 22 km manquants, demain  réouverts au trafic ferroviaire, seraient également un atout pour renforcer les liens avec la Belgique et le développement  du tourisme n'en serait pas une des moindres conséquences.

Comme beaucoup d'acteurs de terrain, je ne vois que des avantages à développer les transports ferroviaires surtout quand il concerne un territoire aussi stratégique que le nôtre. Alors c'est en ardents défenseurs de ce projet que vous pouvez compter sur les élus de l’agglomération de Charleville-Mézières.
Retour au blog de Michèle Leflon