Conférence de presse du 29 novembre 2011

Revin



Les jeux et appétits des financiers, dans cette nouvelle forme du capitalisme débridé et prédateur, ont généré une très grave crise financière, économique, sociale et environnementale et ce ne sont pas les responsables qui paient mais le peuple, nous tous !

Dans ce contexte mondial, européen, français, la situation économique et sociale du Nord des Ardennes est particulièrement grave, le chômage marque durablement la société, avec son lot de misère.

A Revin, l'avenir d'Electrolux, la plus grosse entreprise, est menacée par une direction internationale pour qui Revin n'est qu'un point sur la carte et ses salariés des kleenex. Je ne reviendrai pas sur la liquidation d'Oxame : déjà en 2007, j'avais trouvé indécent l'utilisation de l'inquiétude de ces salariés dans la campagne électorale : il serait bien que leur licenciement économique ne soit pas à nouveau instrumenté, par ceux là même qui se présentent au nom de partis politiques qui ont défendu toutes les décisions qui expliquent la situation actuelle, les traités européens par exemple. Ces salariés savent sur qui ils peuvent compter.

La politique industrielle de la France est dans l'impasse où l'ont conduit nos dirigeants, sans véritable gouvernail, mais ce sont aussi les services publics, l'hôpital, la santé et tous les autres qui vont mal, très mal !

Il est temps, grand temps de mettre fin à la politique de N. Sarkozy et de ses amis du Fouquet's, qui gèrent la crise, dans leur intérêt, contre ceux de notre peuple. Mais cela ne suffit pas, car il faut aussi une gauche courageuse, une gauche qui réponde aux attentes sociales, une gauche qui n'hésite pas à à mettre l'Humain avant les profits, qui n'hésite pas à se donner les moyens d'une transformation totale de la construction européenne, pour qu'elle soit au service de la solidarité entre les peuples et non de la concurrence effrénée qui casse notre société.

C'est dans ce but que le Parti Communiste a pris l'initiative il y a deux ans maintenant d'impulser un large rassemblement, dans les luttes et dans les urnes, qui s'est concrétisé avec le Front de Gauche, rassemblant outre le PCF, le PG et la GU, rejoints depuis par d'autres formations comme Convergences et Alternatives. Ensemble ils ont décidé d'aborder les échéances électorales de 2012 en faisant de leur diversité la dynamique de la campagne, des candidats aux élections législatives, les porte parole du candidat qu'ils se sont choisis pour l'élection présidentielle : Jean Luc Mélenchon et c'est pourquoi nous avons décidé de faire connaître dès maintenant nos candidatures.

Ces candidatures s'inscrivent dans la diversité de l'accord entre les différentes formations qui attribuent, en Champagne Ardenne une circonscription dans chacun des autres départements au PG et dans les Ardennes, la circonscription de Sedan Vouziers à la Gauche Unitaire et à Convergences et Altérnatives, les autres circonscriptions comme celle-ci de Charleville Givet, étant attribuées au PCF, en raison de l'importance de sa force militante et ce sont donc les militants du PCF qui nous ont désigné comme candidats, André et moi-même.

Pourquoi faire ?

Je l'ai déjà dit : il est urgent que des lois permettent aux citoyens de reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers : il n'est pas acceptable que les banques ne prêtent que quand elles sont assurées de profits de 10, 12, voir 15%. Cela suppose de les nationaliser mais pas seulement : il faut en assurer une gestion démocratique avec les organisations syndicales, les élus pour que les prêts servent à des investissements utiles pour la société, garantissant de bons emplois.

Il faut s'affranchir du traité de Lisbonne et exiger la renégociation d'un traité replaçant l'Humain, la démocratie et le progrès social au cœur de la construction européenne. Et la France, cinquième puissance mondiale peut peser sur le cours de la mondialisation pour qu'elle soit guidée par la coopération entre les peuples et non par la concurrence.

Partager les richesses et abolir l'insécurité sociale est une urgence : les candidats du Front de Gauche proposent de porter le SMIC à 1700 € net et de limiter l'échelle des salaires de 1 à 20. Ils veulent rétablir la retraite à 60 ans à taux plein : c'est non seulement possible, mais indispensable quand on voit les jeunes laissés sur le bord de la route.

Les services publics doivent être rénovés pour satisfaire les besoins des populations et par exemple, dans le domaine de la santé, la loi HPST doit être abolie : elle démantèle le service public hospitalier pour le livrer aux actionnaires de la Générale de Santé et autres groupes.

Les moyens existent pour cela : il faut sortir du cercle vicieux de la misère et de la baisse de pouvoir d'achat qui entretient la récession économique !

Il faut aussi engager une transition écologique de l'économie : le capitalisme nous conduit à une catastrophe environnementale. La responsabilité de notre système économique est démontrée dans un exemple comme celui de l'incinérateur de Givet où l'on voit comment l'appât du gain conduit à des silences dangereux sur les matières qui seront brulées et évidemment nous nous prononçons contre cette construction. Il faut créer un pôle 100% public de l'énergie avec EDF, GDF, AREVA, Total et engager un grand débat démocratique sur l'avenir énergétique de la France, sans oeillère. Il est nécessaire de mettre en place une taxe sur les transports routiers et de se donner les moyens de développer les transports ferroviaires et fluviaux : nous ne lâcherons pas le morceau face à la nécessaire rénovation de la ligne Givet Charleville.

Cette transition écologique suppose de produire autrement et il est indispensable de redéfinir les filières industrielles prioritaires pour répondre aux besoins sociaux et environnementaux : cela constituera un puissant moteur de relance industrielle, dont notre vallée a tant besoin, d'emplois et d'innovation.

Tout cela ne peut se développer avec succès que dans une démocratie renouvelée : il faut mettre fin aux lois liberticides, garantir la sécurité par une police de proximité, développer une véritable égalité entre les femmes et les hommes et changer la constitution.

Je n'ai volontairement pas abordé des questions essentielles, comme celle de la protection sociale ou de la fiscalité pour faire court : nous aurons le loisir d'y revenir tout au long de la campagne.

L'idée est plutôt de vous donner, à travers les points abordés, la finalité du projet du Front de Gauche : l'émancipation humaine.

Car nous voulons aussi faire une campagne collective, une campagne qui approfondisse le programme, une campagne qui permette à tous ceux qui le souhaitent de ne pas être spectateurs d'une vie qui se dégrade mais de faire irruption dans la vie politique, car c'est ensemble, avec le plus grand nombre, que nous pourrons changer véritablement la vie.