Pour une orientation toute au long de la vie,
facteur d'émancipation humaine !



Les Espaces métiers de Champagne Ardenne






La vidange du lac des Marquisades



Définition
Je retiens celle de l'avis de juin 2004 du Conseil Economique et Social Régional de Champagne Ardenne :
L’orientation est un processus complexe, mouvant et continu qui s’inscrit dans la durée et doit permettre des changements au cours de toute la vie professionnelle. C’est le résultat de l’interaction entre plusieurs systèmes de représentation, celle de soi, celle des filières de formation, celle de l’univers professionnel et son système de valeurs sociales.
Le processus d’orientation doit permettre à chacun, sans distinction de sexe, d’âge, d’origine sociale ou géographique ou encore de capacités mentales ou physiques de choisir, en toute conscience, une perspective de réussite de sa vie sociale et professionnelle, c’est-à-dire en ayant travaillé sur les conditionnements socio-culturels, les stéréotypes et les représentations d’une manière générale.

Constats
Les constats sont connus : une orientation en milieu scolaire par l'échec, des liens entre école et vie professionnelle de mauvaise qualité, des acteurs de l'orientation multiples, des demandeurs d'emploi qui ne savent vers qui s'orienter, des salariés en mal des voies de la  promotion sociale !

Mais les constats, ce sont aussi un gouvernement qui s'entête à séparer formation et orientation en cassant le service d'orientation de l'AFPA pour le rattacher à Pôle Emploi, sans aucune vision globale, mais simplement pour satisfaire ceux qui veulent faire de la formation une marchandise et ne peuvent donc supporter que l'AFPA, association de formation, puisse aussi faire de l'orientation. Si ce n'est que la construction de véritables parcours de formation nécessite un lien très étroit entre orientation et formation !

C'est aussi le gouvernement qui propose dans le projet de loi sur la formation professionnelle de reconnaître comme participant à la mission de service public d'information et d'orientation professionnelle certains organismes
: lesquels ? quelle cohérence ? Quelles garanties ?

Et l'on peut tout craindre d'un N. Sarkozy annonçant une réforme de fond en comble de l'orientation scolaire : ce ne va plus être de l'orientation par l'échec, cela serait de l'asservissement aux logiques du profit maximum dans un contexte de désintégration de l'unité nationale.

Une vraie vision ambitieuse

L'école doit,  non seulement préparer à s'orienter professionnellement, mais faire également une véritable éducation au choix. Il faut aussi favoriser l'ouverture de l'école sur la société en général, sur le monde du travail en particulier.
L'orientation scolaire relève de l'Education Nationale, condition à une véritable cohérence nationale et à l'égalité de tous sur l'ensemble du territoire national.
Les parcours au collège et au lycée comportent les remédiations nécessaires, les passerelles indispensables pour mettre fin à la sélection par l'échec et construire des parcours de réussite.

Seul un grand service public national de l'emploi, de l'orientation et de la formation peut être le soutien d'une véritable sécurisation des parcours professionnels ( à différencier de la flexisécurité que veulent nous vendre la droite et le patronat) partout en France.
Dans le cadre de règles nationales, il ne sera efficace que géré démocratiquement au plus près du terrain, et l'échelon régional est un bon échelon de coordination, pour satisfaire les nécessité de formation des hommes et des femmes des territoires et impulser l'anticipation des exigences en emploi et en formation d'entreprises dont le moteur sera devenu la réponse aux besoins des populations, dans le respect de l'environnement, au lieu du profit maximum. Service public national, il facilitera les mobilités géographiques choisies, participera à l'aménagement harmonieux du territoire national.


Les échelons locaux et régionaux de ce grand service public travaillent en collaboration étroite avec l'Education Nationale et en particulier son service d'orientation pour donner aux jeunes la connaissance des emplois dans leur territoires, leur faire rencontrer des professionnels, leur faire découvrir la réalité des évolutions qui les attendent au cours de leur vie professionnelle : l'école n'est qu'une étape pour apprendre à apprendre tout au long de la vie (et faire des choix tout au long de la vie !)

Que peut on faire en 2010 dans les régions ?

C'est uniquement à partir de cette vision ambitieuse que peuvent se construire des embryons de réponse.
Non seulement, il n'appartient pas aux régions de se substituer à l'etat dans ses carences, mais cela serait contraire aux objectifs recherchés à terme.
Pour autant, il y a trois axes d'interventions régionales :
- les régions, lieu de résistance à des réformes à la solde du patronat : résistance à la casse du service d'orientation de l'Education Nationale, à l'intervention d'organismes privés dans l'orientation.
- les régions créatrices de ces lieux de rencontre entre acteurs de l'orientation pour jeunes et moins jeunes. C'est ce que la région Champagne Ardenne a commencé à mettre en oeuvre avec ses Espaces Métiers, transposition adaptée aux caractéristiques de notre région, vaste mais peu peuplée, des principes de la Cité des métiers de la Villette, ce que d'autres régions mettent également en oeuvre sous d'autres formes : les maisons de la formation professionnelle en Bretagne, les maisons communes emploi formation en Midi Pyrénées ... De ces initiatives, sous des formes diverses, peut naître "la bonne formule" à généraliser.
- les régions, lieu d'intervention des citoyens et des salariés : sur les questions d'orientation, comme sur d'autres questions, les régions peuvent faciliter l'intervention citoyenne, donner "du grain à moudre", des moyens d'expression et engager des démarches actives de participation : c'est de toute façon indispensable à la qualité des dispositifs mis en place.

Quelques citations et documents

N. Sarkozy :  discours à Avignon le 29 septembre 2009
"Nous allons réformer de fond en comble le système d’orientation au lycée."

La FSU le 30 septembre :
"Le rôle et la mission du service public d’orientation scolaire, déjà bien asphyxié, sont menacés.
En fait, ces annonces sur la formation et l’orientation s’articulant avec les dispositions de la loi sur la formation professionnelle dessinent un politique dangereuse où sous couvert de lutte contre le décrochage scolaire, l’éducation nationale serait dessaisie de sa mission en direction de ces publics en difficultés, où l’on renoncerait à l’objectif d’assurer à tous les jeunes une qualification reconnue en luttant contre ce décrochage scolaire au sein du système éducatif : en instrumentalisant l’orientation pour favoriser soit des évictions précoces soit une gestion des flux à courte vue, une telle politique mènerait à l’impasse les jeunes les plus en difficulté.
"
L'ensemble du communiqué

La FERC-CGT le 30 septembre
"L’orientation ne peut se restreindre à un service d’information, même regroupant l’ensemble des
organismes concernés. Pour la FERC-CGT, l’orientation doit en effet être regroupée dans un grand service public qui doit être piloté par l’Etat pour éviter les inégalités sur le territoire. Il faut
réaffirmer le rôle primordial et spécifique des conseillers d’orientation psychologues dans le conseil fait aux élèves, stopper les suppressions de postes. Cette mission doit être exercée par des personnels formés, indépendants des chefs d’établissement, des branches patronales et des décideurs régionaux."
L'ensemble du communiqué

Le livre vert de la jeunesse :
"Ces missions doivent constituer le cahier des charges d’un véritable service public de l’orientation à part entière et non simple composant du système éducatif."

Amendement 29 au projet de loi sur la formation professionnelle présenté par Mmes David, Gonthier-Maurin, Pasquet et Hoarau, MM. Autain, Fischer et les membres du groupe Communiste, Républicain, Citoyen et des Sénateurs du Parti de Gauche, est ainsi libellé :
"Rédiger comme suit le texte proposé par le I de cet article pour l’article L. 6111-4 du code du travail :
« Art. 6111-4. - Il est créé, pour satisfaire aux obligations édictées aux articles L. 6111-1 et L. 6111-3 du même code, un service public national de l’orientation et de la formation professionnelle tout au long de la vie.
Il permet à ses usagers de disposer dans un seul lieu, de manière gratuite et personnalisée :

« 1° Des informations exhaustives et objectives sur les métiers, les compétences et les qualifications nécessaires pour les exercer, les dispositifs de formation et de certification ;
« 2° De conseils leur permettant de choisir en pleine connaissance de cause un métier, une formation ou une certification adaptée à ses aspirations, ses aptitudes ;
« 3° Des informations quant à la situation actuelle et prévisible de l’emploi ;
« 4° De faciliter la mise en relation entre l’usager et les autres acteurs de l’orientation et de la formation professionnelle. »

Cet amendement n'a pas été retenu

L'orientation tout au long de la vie en Champagne Ardenne
Avis et rapport du CESR
juin 2004
Retour au blog de Michèle Leflon